Force Vitale

Entretien avec jean huntziger (40 ans de naturopathie)

jean huntziger et jérémy dalzon
Jean m'a acceulli chez lui un samedi après-midi à Liebsdorf (Alsace)
Jean Huntziger est probablement un des naturopathes les plus expérimentés et surtout les plus en vitalité de France. Coup de chance, il habite dans ma région à 1h de chez moi. J’en ai profité pour passer un après-midi avec lui pour parler de santé naturelle, de son parcours et de sa vision de la santé. Découvrez l’entretien vidéo avec Jean.

Entretien vidéo

Voici quelques phrases clés de l'entretien qui reflètent la vision de la santé de Jean Huntziger

"Le fruit, c'est le problème clé du crudivorisme"

Consommer des fruits exotiques qui viennent de l'autre bout du monde est complètement anti-nature, anti-écologique et délétère pour la santé
Jean Huntziger fait partie de ces naturopathes éclairés qui met en garde contre les dangers de l’excès de fruit. Contrairement à beaucoup d’hygiénistes influencés par la pensée sheltonienne qui distillent l’idée selon laquelle le fruit est l’aliment physiologique de l’homme et qu’on pourrait en consommer allègrement sans se poser trop de question.
En réalité tout est une question de terrain physiologique, d’environnement et de mode de vie. Faire venir des fruits de l’autre bout de la planète et en consommer de grandes quantités pendant l »hiver est totalement anti-nature selon lui. Qui plus est, l’excès de fruit conduit à un grand nombre de problèmes physiologiques comme la perte de poids, la fonte musculaire, la frilosité, la déminéralisation etc…

"Nous ne sommes plus capable d'avoir chaud avec du cru intégral"

« Le principe de la vie est cru » précise Jean. Quand on cherche la direction vers la santé en terme d’alimentation, on va inévitablement vers le cru. Or, c’est tout là le problème. Les gens qui changent leur alimentation s’imaginent que pour optimiser leur santé, il faut se diriger vers un régime alimentaire 100% cru.
Les animaux mangent cru et sont capables d'avoir chaud contrairement aux humains
Les animaux mangent cru et sont capables d'avoir chaud contrairement aux humains
Nous devons accepter le fait que nous sommes des êtres dégénérés
Contrairement aux animaux et à nos ancêtres lointains, nous n’avons plus les enzymes, la résistance physique et la puissance digestive pour tirer toute notre énergie et notre chaleur corporelle du cru. Jean atteste avoir fait l’expérience de vivre dans la nature avec du 100% cru et ainsi observé qu’il était impossible pour lui (et donc l’homme) de vivre ainsi. Ainsi, l’erreur du crudivore est de penser qu’il peut manger 100% en toute circonstance et se porter bien, surtout en hiver. Selon lui, « il est moins toxique de manger cuit en hiver et d’avoir chaud que de manger cru et d’avoir froid ». Le cru est une direction pour la santé mais il faut toujours observé sa vitalité en premier et accepter l »idée que nous ne pouvons plus nous contenter toujours de 100% de cru.

"Ce ne sont pas les exceptions qui nous mènent à la maladie, ce sont les erreurs quotidiennes"

Ce n’est pas le paquet de cigarette ou la bouteille d’alcool qu’on s’enfile en soirée le samedi soir qui cause le plus de dommage. Mais ce sont les erreurs quotidiennes. Notre alimentation, notre état d’esprit, le stress au travail et bien d’autres facteurs. Les erreurs quotidiennes mènent à l’accoutumance du corps pour un poison. Albert Mosséri explique ce phénomène dans « Les lois de la nature vivante ». Lorsque qu’un poison (alcool, tabac, nourriture industrielle..) devient quotidien, il arrive un moment où le corps ralentit la lutte de détoxication. En ce sens, il ne « gaspille » plus son énergie vitale pour un poison qui de toute manière revient chaque jour. Accoutumance ne signifie pas adaptation et est donc délétère pour la santé.

"En alimentation, il faut toujours mettre le psychologique avant le physiologique"

Manger doit procurer du plaisir
La majorité de la sérotonine est produite dans les intestins. Ainsi, si on se met à table sans envie et qu’on mange sans plaisir malgré une alimentation saine et crue, on va vers la dégénérescence. Jean est extrêmement pragmatique sur ce point et nous dit qu’il faut toujours d’abord prendre du plaisir à table. Ce plaisir devrait toujours être en avance par rapport à ce que nous mangeons. En ce sens, il faut changer ses habitudes alimentaires petit à petit sans se frustrer quitte à procéder plus lentement.

Abonnes toi à la newsletter

Des mails quotidiens pour mincir en gagnant la santé

les mails privés force vitale
Cliques pour t'abonner

Pour une Consultation de Naturopathie

more