Force Vitale

Quelle alimentation pour vivre longtemps en bonne santé ?

2 clés universelles pour favoriser son espérance de vie en bonne santé

comment vivre longtemps et en bonne santé

Dans nos sociétés modernes et pays dits développés, on vit de plus en plus longtemps. Mais est-ce que l’espérance de vie seule est un bon indicateur ?

Qu’en est-il de l’espérance de vie en bonne santé ? Car il faut faire remarquer que celle-ci plafonne. Selon l’INSEE, l’espérance de vie en bonne santé des hommes et des femmes en France a reculé pour la première fois en 2018.

L’alimentation est un facteur pilier de la santé et sur lequel nous avons un certain contrôle. Dans cet article, nous allons présenter 2 clés universelles pour une longévité en bonne santé peu importe votre régime alimentaire.

Un livre éclairant : Diététique de l'expérience (Robert Masson)

diététique de l'expérience de Robert Masson
L'équilibre alimentaire à la base
Dans son livre, Diététique de l’expérience, Robert Masson se prononce « contre » toute forme de régime alimentaire. Pour lui, l’homme atteint ses plus haut niveaux de santé lorsqu’il mange de tout. En ce sens, selon lui, ce n’est pas en excluant des catégories d’aliments que nous allons vivre plus longtemps et en bonne santé.
Les clés d'une alimentation favorisant l'espérance de vie en bonne santé
Robert Masson part du postulat que l’équilibre alimentaire est la clé d’une alimentation santé. Contrairement à des idéologies qui suppriment des catégories d’aliments (régime cétogène, pauvres en gras, végétalien, carnivore etc…), il nous donne 2 principes concernant l’alimentation communs à toutes les populations qui vivent longtemps et en bonne santé. Ces principes sont indépendant des régimes alimentaires suivis et de l’environnement.

1. Clé n°1 : Une alimentation naturelle, brute et biologique

Cela paraît évident au premier abord mais dans notre société moderne et industrialisée, la quasi totalité des produits alimentaires de grande consommation sont des produits transformés auxquels on a ajouté des substances. Des substances que notre corps ne peut pas utiliser, qu’il va devoir éliminer (surcharge de travail) et l’encrasser s’il n’est pas en mesure de le faire. A long terme, c’est la toxémie du corps qui augmente. La toxémie fait partie des 2 principales sources de toutes les maladies (voir la vidéo ci-dessous).
La nature ne nuit pas
Manger des aliments naturels quelque soit leur catégorie, dépourvu d’additifs, de sucres, de colorants et de toute substance nocive permet en premier lieu de ne pas surcharger le travail d’élimination des toxines du corps. Rappelons que les déchets font partie du cycle naturel de la vie. Nous produisons du dioxyde de carbone, des déchets acides et tout un tas de substances que le corps a pour mission d’éliminer quotidiennement. Si en plus, on vient rajouter des cochonneries dans notre alimentation, c’est l’encrassement général du corps qui augmente. Hippocrate l’avait déjà compris quand il énonce son premier principe concernant la santé : « Primum non nocere » (Ne pas nuire).
hippocrate ne pas nuire
La première régle d'Hippocrate : "Ne pas nuire"
Consommer naturel est très simple. En effet, à partir des catégories d’aliments fruits, légumes, céréales complètes, tubercules, protéines animales et produits laitiers (à discuter à cause du problème posé par la pasteurisation), il suffit de cuisiner soimême ses plats. Et bien sûr, de ne pas y ajouter n’importe quoi (sel, sucre, exhausteurs de goûts..). Dans le cas, où l’on ne souhaiterait pas cuisiner. Il faut bien être attentif aux ingrédients sur les étiquettes. Tout ajout de substance est susceptible d’endommager la qualité nutritionnelle d’un aliment. Et nous n’avons même encore pas évoqué les problèmes causé par le stockage, l’emballage, le conditionnement etc…
La nature fait bien les choses
La nature a prévu toutes les catégories d’aliments nécessaires à nos besoins vitaux (macro et micronutriments). Les végétaux (fruits, légumes, racines, algues) les oléagineux et graines, les produits animaux (la viande, poisson, fruits de mer et produits laitiers) peuvent être consommés de façon brute. Seules les céréales nécessitent d’être cuites ou germées afin d’être consommés. Ces aliments n’ont pas besoin d’être complémenté de quoi que ce soit pour répondre à nos besoins nutritionnels.
Conclusion
manger naturel, brut, avec le moins de substances ajoutées possibles et le plus biologique possible

Clé n°2 : La frugalité

La surconsommation, tendance sociétale et capitalistique

Nous vivons dans une société de consommation où nous sommes incités à consommer toujours plus.

« Mange tes produits laitiers pour avoir ton calcium », « Est-ce que tu as mangé assez de protéines ? » ou « Est-ce que tu as mangé tes 5 fruits et légumes par jour ? »

Or, le plus est l’ennemi du bien. L’alimentation en est le parfait exemple.

Nous sommes conçus pour avaler et boire une certaine quantité de nourriture et d’eau pour répondre à nos besoins. En dessous et au delà d’un certain seuil, nous nous endommageons la santé. C’est clair comme de l’eau de source. « Il est important de s’hydrater souvent » D’accord, mais essayez de boire 10L d’eau et vous allez voir si cela vous fait du bien. « Les fruits et légumes sont bénéfiques pour la santé » Essayez d’en avaler 5 kg et vous verrez le résultat. Tout comme si vous n’en consommez absolument pas. La nature fonctionne sur l’équilibre entre force antagonistes.

La tendance à se suralimenter pose un problème fondamental pour la longévité de nos vies.

Les dommages de la surconsommation
Quelles sont les conséquences d’une suralimentation ?

Tout au long de notre vie, les cellules de notre corps fonctionnent, s’usent, meurent, se dupliquent et se remplacent. Nous venons au monde avec un capital, un nombre de duplication finie. Au delà duquel nous mourrons. Il est donc simple comme bonjour de comprendre que tout ce qui va user plus vite nos cellules va inévitablement accéléré leur vieillissement, leur mort et leur duplication.

La suralimentation est un facteur du vieillissement des cellules (en particulier celles de la sphère digestive)
Or, c’est exactement ce qu’il se passe lorsque nous nous rendons à nos restaurants « buffet à volonté ». Nous remplissons notre assiette à ras bord et nous sortons du restaurant la peau du ventre bien tendu. Le corps n’a pas besoin de toute cette nourriture pour ses besoins. C’est beaucoup trop. Néanmoins, il est obligé de digérer toute cette nourriture avant qu’elle finisse son chemin dans les toilettes.
Toute nos cellules meurent au delà d'un certain nombre de duplication. Cette information est contenue dans l'ADN de nos cellules. Tout ce qui va accélérer leur usure influence le vieillissement cellulaire et donc de la longévité d'un individu.
Conclusion

Manger frugalement et éviter la tendance de manger au delà de ses besoins

more