Force Vitale

Vitiligo : témoignage de guérison naturelle avec l'alimentation

vitiligo

Le vitiligo est une maladie auto-immune de la peau. Dans son livre « Les dangers cachés de l’alimentation saine », le Dr Steven Gundry nous livre un témoignage de guérison d’un de ses patients avec l’alimentation.

Comment Tony a guéri son vitiligo

Extrait du livre « Les dangers cachés de l’alimentation saine » du Dr S. Gundry
[…] ce n’est que lorsque j’ai travaillé avec un patient nommé Tony que j’ai eu la révélation que j’attendais. Tony était dans une forme remarquable, énergique, végétarien la plupart du temps (il se définissait comme flexitarien), la quarantaine et adepte inconditionnel de mes principes. Il mangeait beaucoup de légumes verts, avait banni les céréales et les pseudo-céréales, les pomme de terre et autres amidons ainsi que les légumineuses. Il avait considérablement réduit sa consommation de fruits et de légumes à graines (qui sont, comme vous le savez maintenant, botaniquement des fruits) et augmenté sa consommation de poissons, de coquillages, d’huiles de poissons et d’olives, d’avocats et de noix de macadamia.
Comme tous mes patients, peu de temps après avoir commencé le programme, Tony avait gagné de la vitalité, augmenté ses performances athlétiques et perdu cinq kilos. Il souffrait toutefois de vitiligo, un problème de dépigmentation de la peau (c’est pourquoi Michael Jackson, qui souffrait de la même maladie, était devenu de plus en plus pâle au cours des années). Le vitiligo est causé par la destruction graduelle des mélanocytes, les cellules de notre peau qui produisent les pigments. Les mélanocytes sont des cellules nerveuses modifiées qui ont migré vers notre peau à un stade embryonnaire de notre développement. La raison pour laquelle ces cellules nerveuses meurent chez les gens atteints de vitiligo était une énigme à cette époque, mais on suspectait un processus auto-immun.

Qu'est-ce qu'une maladie auto-immune ?

Le terme de « processus auto-immun » est utilisé pour indiquer que le système immunitaire du corps est perturbé et commence à attaquer ses propres cellules. On dit aux patients souffrant d’une maladie auto-immune que leur système immunitaire « se trompe ». Dans le cas de Tony, ses mélanocytes étaient ainsi considérés comme des envahisseurs étrangers qui devaient être supprimés, entraînant l’apparition de zones de peau dépourvues de pigments. Et c’était peu dire que son système immunitaire faisait du bon boulot en ce sens.
J’ai presque tout vu pendant mes années de médecine et je pense être relativement imperturbable, mais j’ai été bouleversé quand j’ai vu ce qui s’est passé quand Tony a commencé mon régime. En l’espace de quelques semaines, les pigments sont revenus sur sa peau. C’est la vérité, son vitiligo avait disparu, ou plus exactement, s’était inversé et la pigmentation de sa peau était revenue à la normale. Comment cela s’était-il passé ?
Franchement, je l’ignorais à l’époque. Je savais que mon protocole alimentaire était hautement anti-inflammatoire, mais cela n’expliquait pas la disparition du vitiligo de Tony. Il y a des milliers d’années, Hippocrate, le père de la médecine moderne, avait décrit la capacité du corps à se guérir lui- même, ce qu’il appelait veriditas (force de vie verte). Il considérait que le travail du médecin était d’identifier et de supprimer les blocages qui empêchaient le patient de se guérir lui-même. Le veriditas prendrait le relais. Clairement, les nouvelles habitudes alimentaires de Tony avaient ôté ces blocages qui empêchaient son corps de se guérir. La veriditas était en action, là, sous mes yeux !

Remonter vers la cause première

Je me suis alors replongé dans les résultats de mes recherches, tout particulièrement celles relatives à la xénotransplantation que j’avais menées comme chirurgien pionnier en transplantation cardiaque. Qu’y avait-il dans mon programme (ou n’y avait-il pas dans son nouveau régime) qui avait amené le corps de Tony à cesser d’attaquer ses mélanocytes ? Avait-il ajouté quelque chose ou supprimé le blocage extérieur qui empêchait le processus naturel d’autoguérison de son corps ? En me basant sur mes connaissances de la transplantation, j’ai choisi la deuxième hypothèse, la suppression du blocage extérieur. Mais en quoi consistait ce blocage ?
Une explication s’impose à ce stade. La plupart des gens souffrant de multiples problèmes de santé estiment que certains aliments ou compléments alimentaires sont anti-inflammatoires, dans le sens qu’ils sont capables de freiner l’inflammation. Ce que je recherchais était la cause réelle de l’inflammation qui, si Hippocrate avait rai- son, était susceptible de mettre un terme à celle-ci. Autrement dit, ce n’était pas que mon régime atténuait l’inflammation de Tony, ce que la plupart des régimes visent à faire, mais qu’il éliminait les causes premières de l’inflammation. Une fois ces causes supprimées, son corps avait été capable de se guérir lui-même sans produits anti-inflammatoires.

Les lectines à la base du vitiligo

Cette découverte apparemment minime va transformer votre point de vue sur la façon dont notre corps fonctionne. Indéniablement, l’inflammation était à l’origine des problèmes de Tony, mais d’où venait-elle ? Aussi étrange que cela puisse paraître, j’ai découvert que ses mélanocytes étaient enflammés parce qu’ils présentaient, pour son système immunitaire, une ressemblance suspecte avec des lectines. Le système immunitaire de Tony avait donc attaqué ses mélanocytes parce que, sans qu’ils en soient responsables, ils ressemblaient à des lectines. Et comme mon régime avait supprimé les lectines, la cause de l’inflammation avait disparu.
Il y a des centaines de millions d’années, les plantes ont mis au point une stratégie pour créer des protéines (comme les lectines) ressemblant énormément aux structures essentielles de leurs pré- dateurs. Quand les lectines franchissent le mur de l’intestin, elles activent le système immunitaire, qui commence à tirer à tout va. Il risque alors de s’attaquer à la fois aux lectines, et aux structures qui leur ressemblent. Rappelez-vous, l’un des buts premiers des lectines est de provoquer une réponse immunitaire contre les nerfs d’un insecte afin de le paralyser. Dans notre cas, les mélanocytes de Tony (qui sont des cellules nerveuses modifiées) ont été à tort identifiés comme étrangers. C’était un cas de mimétisme moléculaire, et pour moi une révélation. Une fois que Tony avait éliminé les lectines, tout était redevenu normal. [..]
more