Force Vitale

Le mythe des graisses saturées mauvaises pour la santé

Ce que dit la science

les graisses saturées

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Les graisses animales notamment saturées jouissent d’une très mauvaises réputation. Il faudrait les limiter car elles favoriseraient les maladies cardio-vasculaires notamment. Cette idée a été construite par l’industrie agro-alimentaire en collaboration avec l’industrie pharmaceutique et médicale dès les années 30 avec la fameuse étude d’Ancel Keys. Notamment avec l’objectif de vendre plus de sucres et d’huiles végétales raffinées. Heureusement, la science d’aujourd’hui commence à déconstruire petit à petit ce mensonge. Dans cet article, nous voyons 4 études scientifiques qui montrent l’innocuité des graisses saturées pour la santé.

2009 : Examen systématique des preuves à l'appui d'un lien de causalité entre les facteurs alimentaires et les maladies coronariennes

Contexte : Bien qu’une abondante littérature établisse un lien entre les facteurs alimentaires et les maladies coronariennes, la force de la preuve soutenant des associations valides n’a pas été évaluée systématiquement dans une seule enquête.
Méthodes : Nous avons effectué une recherche systématique sur MEDLINE pour trouver des études de cohorte prospectives ou des essais randomisés sur les expositions alimentaires en relation avec les maladies coronariennes. Nous avons utilisé les directives de Bradford Hill pour dériver un score de causalité basé sur 4 critères (force, consistance, temporalité, et cohérence) pour chaque exposition alimentaire dans les études de cohorte et nous avons examiné la cohérence avec les résultats des essais randomisés.
Résultats : Des preuves solides soutiennent des associations valides (4 critères satisfaits) de facteurs de protection, y compris la consommation de légumes, de noix et de modèles alimentaires « méditerranéens » et de haute qualité avec les maladies coronariennes, et des associations de facteurs nocifs, y compris la consommation d’acides gras trans et d’aliments à indice ou charge glycémique élevé. Parmi les études de meilleure qualité méthodologique, il y avait également des preuves solides en faveur des acides gras monoinsaturés et des modes d’alimentation « prudent » et « occidental ». Des preuves modérées (3 critères) d’associations existent pour la consommation de poisson, d’acides gras oméga-3 marins, de folates, de céréales complètes, de vitamines alimentaires E et C, de bêta-carotène, d’alcool, de fruits et de fibres. Des preuves insuffisantes (< ou =2 critères) d’association sont présentes pour la consommation de vitamine E supplémentaire et d’acide ascorbique (vitamine C), d’acides gras saturés et polyinsaturés, de graisses totales, d’acide alpha-linolénique, de viande, d’œufs et de lait. Parmi les expositions alimentaires pour lesquelles les études de cohortes présentent des preuves solides de causalité, seul le modèle alimentaire méditerranéen est lié aux maladies coronariennes dans les essais randomisés.
Conclusions : Les preuves soutiennent une association valide d’un nombre limité de facteurs et de modèles alimentaires avec les maladies coronariennes. Il est recommandé d’évaluer à l’avenir les habitudes alimentaires, y compris leurs composants nutritionnels et alimentaires, dans des études de cohorte et des essais randomisés.

2010 : Méta-analyse des études de cohorte prospectives évaluant l'association entre les graisses saturées et les maladies cardiovasculaires

Pas de preuve que les graisses saturées favorisent les maladies cardiovasculaires !

Contexte : On pense généralement qu’une réduction des graisses saturées alimentaires améliore la santé cardiovasculaire.

Objectif : L’objectif de cette méta-analyse était de résumer les preuves relatives à l’association entre les graisses saturées alimentaires et le risque de maladie coronarienne (MC), d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de maladie cardiovasculaire (MCV ; MCV incluant l’AVC) dans des études épidémiologiques prospectives.

Conception : Vingt et une études identifiées par une recherche dans les bases de données MEDLINE et EMBASE et par un référencement secondaire ont été retenues pour cette étude. Un modèle à effets aléatoires a été utilisé pour calculer les estimations du risque relatif composite pour les coronaropathies, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies cardiovasculaires.

Résultats : Au cours des 5 à 23 ans de suivi de 347 747 sujets, 11 006 ont développé une coronaropathie ou un accident vasculaire cérébral. La consommation de graisses saturées n’a pas été associée à un risque accru de coronaropathie, d’accident vasculaire cérébral ou de maladie cardiovasculaire. Les estimations groupées du risque relatif qui comparaient les quantiles extrêmes de l’apport en graisses saturées étaient de 1,07 (IC 95 % : 0,96, 1,19 ; P = 0,22) pour les coronaropathies, de 0,81 (IC 95 % : 0,62, 1,05 ; P = 0,11) pour les accidents vasculaires cérébraux et de 1,00 (IC 95 % : 0,89, 1,11 ; P = 0,95) pour les MCV. La prise en compte de l’âge, du sexe et de la qualité des études n’a pas modifié les résultats.
Conclusions : Une méta-analyse d’études épidémiologiques prospectives a montré qu’il n’existe aucune preuve significative permettant de conclure que les graisses saturées alimentaires sont associées à un risque accru de coronaropathie ou de MCV. Des données supplémentaires sont nécessaires pour élucider si les risques de MCV sont susceptibles d’être influencés par les nutriments spécifiques utilisés pour remplacer les graisses saturées.

2015 : Apport d'acides gras insaturés saturés et trans et risque de mortalité toutes causes confondues, de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2 : examen systématique et méta-analyse d'études observationnelles

Conclusion : Les graisses saturées ne sont pas associées à la mortalité toutes causes confondues, aux MCV, aux coronaropathies, aux accidents vasculaires cérébraux ischémiques ou au diabète de type 2, mais les preuves sont hétérogènes et présentent des limites méthodologiques. Les graisses trans sont associées à la mortalité toutes causes confondues, aux coronaropathies totales et à la mortalité par coronaropathie, probablement en raison de l’apport plus élevé de graisses trans industrielles que de graisses trans de ruminants. Les directives diététiques doivent soigneusement prendre en compte les effets sur la santé des recommandations concernant d’autres macronutriments pour remplacer les graisses trans et les graisses saturées.

2016 : Réévaluation de l'hypothèse traditionnelle régime-cœur : analyse des données récupérées de l'expérience coronarienne du Minnesota (1968-73)

Objectif : Examiner l’hypothèse traditionnelle régime-cœur par la récupération et l’analyse de données inédites de l’expérience coronarienne du Minnesota (MCE) et placer les résultats dans le contexte des essais contrôlés randomisés régime-cœur existants par le biais d’une revue systématique et d’une méta-analyse.

Conception : Le MCE (1968-73) est un essai contrôlé randomisé en double aveugle conçu pour vérifier si le remplacement des graisses saturées par de l’huile végétale riche en acide linoléique réduit les maladies coronariennes et les décès en abaissant le taux de cholestérol sérique. Les documents non publiés et les données brutes récupérés de l’ECM ont été analysés en fonction des hypothèses préspécifiées par les investigateurs originaux. En outre, une revue systématique et des méta-analyses des essais contrôlés randomisés qui ont réduit le cholestérol sérique en fournissant de l’huile végétale riche en acide linoléique à la place des graisses saturées sans confusion par des interventions concomitantes ont été menées.

Cadre : Une maison de retraite et six hôpitaux psychiatriques d’État dans le Minnesota, aux États-Unis.

Participants : Documents non publiés avec analyses complètes pour la cohorte randomisée de 9423 femmes et hommes âgés de 20 à 97 ans ; données longitudinales sur le cholestérol sérique pour les 2355 participants exposés aux régimes de l’étude pendant un an ou plus ; 149 dossiers d’autopsie complets.

Interventions : Régime hypocholestérolémiant qui remplaçait les graisses saturées par de l’acide linoléique (provenant de l’huile de maïs et de la margarine polyinsaturée à base d’huile de maïs). Le régime de contrôle était riche en graisses saturées provenant de graisses animales, de margarines courantes et de shortenings.

Principales mesures des résultats : Décès de toutes causes ; association entre les modifications du cholestérol sérique et le décès ; et athérosclérose coronaire et infarctus du myocarde détectés à l’autopsie.

Résultats : Le groupe d’intervention a connu une réduction significative du cholestérol sérique par rapport aux témoins (changement moyen par rapport à la ligne de base -13,8% v -1,0% ; P<0,001). Les graphiques de Kaplan Meier n’ont montré aucun avantage en termes de mortalité pour le groupe d’intervention dans la cohorte randomisée complète ou pour tout sous-groupe préspécifié. Dans les modèles de régression de Cox ajustés aux covariables, le risque de décès a augmenté de 22 % pour chaque réduction de 30 mg/dL (0,78 mmol/L) du cholestérol sérique (rapport de risque de 1,22, intervalle de confiance à 95 % de 1,14 à 1,32 ; P<0,001). Il n’y avait aucune preuve de bénéfice dans le groupe d’intervention pour l’athérosclérose coronaire ou les infarctus du myocarde. L’examen systématique a permis d’identifier cinq essais contrôlés randomisés à inclure (n=10 808). Dans les méta-analyses, ces interventions visant à réduire le taux de cholestérol n’ont pas montré de bénéfice sur la mortalité par maladie coronarienne (1,13, 0,83 à 1,54) ou sur la mortalité toutes causes confondues (1,07, 0,90 à 1,27). Les résultats ne permettent pas d’étayer l’hypothèse selon laquelle cela se traduit par une diminution du risque de décès par maladie coronarienne ou toutes causes confondues. Les résultats de l’expérience coronarienne du Minnesota s’ajoutent aux preuves croissantes que la publication incomplète a contribué à la surestimation des avantages du remplacement des graisses saturées par des huiles végétales riches en acide linoléique.

Voir la vidéo Youtube

Jérémy Dalzon

Ingénieur (comme Michel Houellebecq), titulaire d’un diplôme de praticien en Naturopathie (formé par Carol Panne), Jérémy a choisi un champ d’étude particulièrement clivant (il ne l’a jamais autant été que ces derniers temps) : la santé naturelle.

more